Le point sur l’installation des Gens du Voyage sur le terrain de foot.

Il y a des surprises dont, sans vouloir manquer de respect à qui que ce soit, on se passerait volontiers. Celle qui est survenue dimanche en fin d’après-midi en est évidemment une. En effet, des caravanes ont alors investi, sous une pluie battante, le terrain de foot municipal, en dépit des objections des élus arrivés en urgence, et après le déplacement des blocs de pierre, pourtant imposants, barrant l’accès.

Le Maire, qui dès l’alerte, avait multiplié les contacts avec le Sous-Préfet et la Police, a bien essayé de demander aux indélicats de se rendre sur l’aire de grand passage de Brouchetière, située à côté de Joeuf, mais rien n’y a fait et, rapidement, c’est une quarantaine de caravanes qui s’est retrouvée sur notre équipement public…

On peut dire que le premier contact n’était pas terrible et, immédiatement, le Maire a adressé un courrier au Préfet pour l’informer de la situation vécue à Hatrize et lui demander de faire respecter l’obligation légale d’installation des personnes participant à un grand passage, sur les aires prévues à cet effet.

Heureusement, dès lundi matin, les relations se sont améliorées puisqu’une délégation de six représentants de la communauté qui s’était ainsi installée par effraction, s’est rendue en Mairie pour y rencontrer le Premier Magitrat. Après que chacun se soit présenté, un des membres du groupe s’est excusé de la méthode employée (mais a expliqué que, sans cela, pas d’accueil…) puis a dit la volonté partagée par le groupe de « modifier l’image des gens du voyage ». A cette fin, la délégation s’est engagée auprès du Maire, par écrit, à n’occuper l’installation hatrizienne que jusqu’au 5 juin prochain, à régler l’eau et l’électricité consommées au cours du séjour et à ne pas dégrader les lieux. Et pour attester de la bonne foi du groupe, chacun a laissé ses coordonnées.

Le Maire insistant à nouveau pour que les caravanes s’installent sur un espace prévu à cet effet et, plus spécifiquement, l’aire de Brouchetière, ils ont expliqué que cette dernière, qu’ils étaient quand même allé visiter, ne convennait pas à leur mode de vie, en particulier en raison de l’absence totale de verdure.

A noter : le groupe actuellement présent à Hatrize est une petite communauté évangéliste participant à un pèlerinage annuel. Les personnes le composant nous ont expliqué qu’elles sont sédentaires une bonne partie de l’année puis, elles sillonnent la France pour un périple de 4 mois qui se termine par un grand rassemblement.